Actu

Découvrez toute l’actualité de l’agence My Media mais aussi de nos métiers : Achat media, Publicité, Business, Campagnes, Opérations spéciales et Digital !

  • Actu
  • Et si l’on mettait Internet au service de l’environnement ?
02
nov.

Et si l’on mettait Internet au service de l’environnement ?

Yuka, Blablacar, Guide du Tri, YesWeGreen… cela ne vous aura pas échappé, la tendance est au « green », au « manger mieux » et à la protection de l’environnement. La sonnette d’alarme a retenti, le réchauffement climatique et l’amenuisement des ressources sont une réalité et les initiatives se multiplient pour retarder l’arrivée de l’irrattrapable, du contenu de votre assiette en passant par la protection des rhinocéros !

Une multiplicité d’acteurs et d’initiatives

Grâce à votre smartphone ou votre tablette, il vous est désormais possible d’analyser le contenu de votre assiette comme c’est le cas avec Yuka ou Yaquoidedans, la toute récente application lancée par Système U, ou encore vous tourner vers des producteurs locaux proches de chez vous (Bienvenue à la Ferme, Baladovore, etc.). Il vous est également possible de réduire vos émissions de gaz à effet de serre en optant pour le covoiturage connecté (Blablacar, Klaxit, etc.), de vous challenger sur votre production de déchets (90 Jours, Guide du Tri, etc.), et ainsi d’avoir un impact moindre sur l’environnement.

Les initiatives vont même plus loin en proposant de protéger certaines espèces animales en voie de disparition ou en prévenant d’éventuelles catastrophes naturelles. On peut à ce propos mentionner la Sigfox Foundation. Lancée en 2015, elle travaille depuis à protéger les rhinocéros à ce jour en effectifs réduits en implantant à leur corne un capteur relié à Internet permettant de les localiser et d’être informé d’un potentiel danger. L’entreprise va même plus loin en creusant l’idée d’un système permettant de prévenir les tremblements de terre ainsi que les tsunamis par le biais de capteurs accrochés à des oiseaux et reliés à Internet.

Ecolo, vous êtes sûrs ?

Et pourtant, toutes ces belles initiatives en faveur de notre planète dépendent pour la plupart d’Internet, qui lui-même a un impact sur l’environnement. Paradoxal, n’est-ce pas ?
Utiliser une application mobile implique dans la plupart des cas l’utilisation d’Internet et donc un stockage massif de données qui nécessite des serveurs puissants. Et qui dit stockage à grande échelle, dit utilisation abusive d’énergie. De même, vos appareils puisent eux aussi de l’énergie.
Si l’on en croit les estimations, le trafic Internet devrait tripler d’ici 2020, en raison du nombre d’utilisateurs croissant et de la hausse de la consommation personnelle. Pour se faire une idée, l’industrie d’Internet serait à ce jour tout aussi polluante que celle de l’aviation !

Néanmoins, plusieurs acteurs majeurs de la toile auraient pris les devants ces dernières années pour freiner la pollution induite par l’utilisation d’Internet, en commençant à se tourner vers les énergies renouvelables. C’est le cas par exemple de Facebook, Google et Apple, accompagnés d’une vingtaine d’autres entreprises. Il est toutefois regrettable que certains acteurs en pleine croissance s’évertuent à naviguer à contre-courant, comme Netflix qui produit l’énergie nécessaire à ses serveurs via l’utilisation de charbon, extrêmement polluant. Et oui, regarder une série bien que prenante sur Netflix contribue à nuire à l’environnement !

Le premier pas vers le changement, c’est probablement vous !

Ce que l’on ignore parfois, c’est que tout usager d’Internet peut lui aussi œuvrer, à son échelle, à protéger l’environnement. Le stockage de données est probablement un des fléaux majeurs induit par le développement d’Internet. Alors, qu’attendez-vous pour trier vos boîtes mails probablement encombrées d’archives qui ne vous seront plus d’aucune utilité ?

Et si vous désirez aller plus loin, pourquoi ne pas opter pour un moteur de recherche éthique et durable ? Parmi eux, Ecosia et Lilo. Le premier reverse une large part de ses revenus publicitaires en faveur d’un programme de reforestation de notre planète. Le second en fait profiter différentes associations environnementales et sociales que l’internaute peut lui-même choisir. D’autre part, à la manière des cashbacks, des liens commerciaux intégrés aux sites marchands partenaires permettent de reverser un pourcentage des achats pour la bonne cause.

A y regarder de plus près, ces initiatives semblent être profitables à tous. L’usager voit ses données personnelles protégées, tout en œuvrant pour la planète et les annonceurs y contribuent également à leur façon.

Alors, pourquoi ne pas s’y mettre dès à présent ?

CA