Actu

Découvrez toute l’actualité de l’agence My Media mais aussi de nos métiers : Achat media, Publicité, Business, Campagnes, Opérations spéciales et Digital !

  • Actu
  • J’ai un pouls docteur !
03
déc.

J’ai un pouls docteur !

Avec l’érosion des audiences de Grey’s Anatomy, la fin de Docteur House, Nip/Tuck et Private Practice notamment, les séries médicales semblaient être entrées en phase terminale. Les chaînes télé françaises ont décidé de se battre et cherchent le remède miracle pour réanimer le patient convalescent.

Des années d’histoire d’amour

Entre la télévision française et les séries médicales, l’amour date des années 90 avec l’arrivée sur les écrans de Docteur Quinn, femme médecin et d’Urgences. Ce genre, nouveau pour l’époque (même si Hôpital central avait tenté une émergence quelques années auparavant), a rapidement connu de beaux succès d’audience, sur M6 et France 2 notamment.

L’arrivée sur TF1 de Docteur House et Grey’s Anatomy en 2004 et 2005 signe l’âge d’or des séries médicales à la télévision française. Savant mélange de médecine, d’histoires d’amour, de suspense, de drame et d’humour, ces séries (américaines pour la plupart) sont devenues de véritables phénomènes télévisuels.

Imitées mais pas égalées

Peu de productions françaises se sont essayées à ce genre télévisuel. En 1998, Canal + produit H, 71 épisodes de 22 minutes portés par Jamel Debbouze et Eric & Ramzy. Sans le budget des grosses productions américaines, cette série tournée à la manière sitcom a réussi à devenir culte grâce notamment à la force comique des acteurs principaux.
Il s’agit à l’époque du seul véritable succès pour une série médicale française.

Début de maladie, rémission et espoir de guérison

Après la fin de Docteur House en 2012 et les audiences de Grey’s Anatomy en baisse sur TF1 (passage de 7M de téléspectateurs pour la saison 3 à 3.8M pour la saison 14), les séries médicales connaissent un creux et ne semblent plus à la mode. Besoin de renouvellement, scénarios qui tournent en boucle, ressorts dramatiques épuisés. Les chaînes françaises cherchent alors leurs nouvelles séries médicales phares.

France 2 lance Nina en 2015 et prend le risque de mettre à l’antenne une série médicale française. Les audiences sont correctes (entre 3 et 3.7M de téléspectateurs par épisodes). La critique est unanimement conquise par ce « Grey’s Anatomy à la française ». La saison 5 est actuellement en production.

TF1, de son côté, privilégie comme souvent les séries américaines et lance The Good Doctor fin août 2018. Le succès est immédiat : 6.68M de téléspectateurs pour le lancement et une moyenne à 6M sur toute la saison.

Canal + veut aussi sa part du gâteau et a lancé la semaine dernière sa nouvelle série « Hippocrate », portée par Louise Bourgoin, Alice Belaïdi et Géraldine Nakache notamment. Il est encore tôt pour estimer le succès que rencontrera cette série médicale française mais là aussi la critique est unanime et salue la qualité de la production.

Après quelques années de creux, les séries médicales sont de nouveau au cœur de la programmation des chaînes françaises. Au vu des succès qu’elles rencontrent, nul doute que ce genre particulièrement apprécié des français a encore de beaux jours devant lui.

JD