Actu

Découvrez toute l’actualité de l’agence My Media mais aussi de nos métiers : Achat media, Publicité, Business, Campagnes, Opérations spéciales et Digital !

  • Actu
  • Le Baromètre Shopper 2019 : on vous dit tout !
25
Oct

Le Baromètre Shopper 2019 : on vous dit tout !

Le 16 octobre dernier se tenait, sur le rooftop de la Maison de l’Alsace, la première édition du Baromètre Shopper In-Store Media présenté par In-Store Media en partenariat avec Ipsos.

A peine arrivée, les salutations s’enchaînent et la présentation laisse se dévoiler les résultats du Baromètre sur trois axes : l’organisation des shoppers, les facteurs qui influent sur leurs courses et l’impact de la tendance « healthy ».

Autopsie du shopper 2019

La présentation débute sur la décortication des habitudes du shopper. « Quand ? », « Où ? », « Comment ? » sont les premières questions auxquelles des réponses sont apportées.

Plusieurs profils se dessinent, notamment au regard du lieu d’habitation, de l’âge, du nombre d’enfants ou encore du niveau de vie. On apprend que les Français sont dans 62% des cas adeptes des grandes courses une fois par semaine avec un ou plusieurs compléments ponctuels, ce qui est moins le cas pour les individus résidant en région parisienne (60%). A l’inverse ils ne sont que 18% à faire ces grandes courses deux fois par mois avec un complément. Un chiffre en partie expliqué par la péremption rapide des produits frais.

Concernant le lieu, les courses sont réalisées à 60% en supermarché ou hypermarché pour l’ensemble des interrogés mais seulement 54% pour les Parisiens qui préfèrent les commerces de bouche et de proximité. Sans surprise également, les magasins bio sont l’apanage des CSP+ (22% contre 18%) et les marchés suscitent moins d’intérêt chez les millenials (12% contre 16% au global).

Le Baromètre souligne aussi l’évolution des usages, avec 17% des interrogés ayant répondu faire leurs courses en ligne (jusqu’à 29% pour les familles !). Ces courses s’avèrent toutefois sélectives puisque les shoppers se concentrent en premier lieu sur les boissons, les produits d’entretien, l’alimentation hors frais ou encore les vêtements et livres. Là encore, les disparités fusent : les millenials sont plus enclins à acheter des produits frais en ligne et les CSP+ et les Parisiens à se fournir en livres.

De multiples facteurs, mais les promotions en tête !

Vient ensuite la question que tout le monde se pose : quel facteur pousse chacun d’entre nous à choisir tel ou tel produit dès lors que l’on fait nos courses ? En effet, même si nous sommes, d’après le panel interrogé, huit individus sur dix à être armés d’une liste de courses, c’est seulement un individu sur dix qui s’y tient strictement ! Quelles en sont donc les raisons ?

La première raison évoquée est tout simplement l’oubli sur la liste de courses (66%), puis viennent les promotions (61%), le fait de tester un nouveau produit (35%) et les produits saisonniers (32%). De même, on apprend que les shoppers sont très réceptifs aux expériences in-store, comme le fait de goûter un produit (56%), la communication (50%), la notation de produits via une application tierce comme Yuka (35%)… ou encore les produits présents dans le caddy du voisin (24%), tout simplement ! Pourtant, lorsqu’on interroge sur les facteurs d’influence conscients, ce sont les promotions qui arrivent en tête avec 86% de répondants. Viennent ensuite la facilité à trouver le produit (84%) et l’état d’esprit (80%).

Autre point intéressant : l’utilisation du smartphone au sein même du magasin, qui peut influer sur l’achat. L’évolution des usages s’immisce aussi lorsque nous faisons nos courses, créant de nouvelles opportunités pour les annonceurs. Par exemple, suite aux 50% des interrogés qui utilisent leur smartphone pour consulter leur liste de courses, ce sont 45% d’entre eux qui vérifient la composition d’un produit ou encore 35% qui recherchent une recette.

L’impact de la tendance « healthy »

La dernière partie de la présentation souligne un autre facteur non évoqué jusque-là : la tendance « healthy ». Depuis quelques années en effet, les Français se préoccupent de plus en plus de leur alimentation. Ce que je mange est-il bon pour moi ? Les ingrédients sont-ils de qualité ? Mon alimentation a-t-elle un impact sur l’environnement ? En réponse, les marques se veulent rassurantes dans leur communication et cumulent les labels justifiant la qualité de leurs recettes et la provenance de leurs ingrédients.

Mais alors, quel impact cette tendance a-t-elle réellement sur nous, shoppers français ? Selon les données fournies par le Baromètre, 75% des individus feraient attention à manger sainement. Cette tendance serait plus prononcée en région parisienne, auprès des seniors ainsi que des femmes et familles.

Pourtant, même si les trois quarts des Français font en sorte de manger sainement et que 84% d’entre eux trouvent des ingrédients jugés sains sans peine en magasin, le prix reste (une fois encore !) un frein pour le plus grand nombre. Ce sont effectivement 41% des interrogés qui estiment que combiner alimentation saine et contrôle des dépenses n’est pas chose aisée, chiffre accentué pour les familles qui ont plus de bouches à nourrir. La grande majorité des shoppers, de surcroît, reconnaît avoir déjà renoncé à l’achat d’un produit en raison de son prix : 89% en raison de leur budget, 85% à cause du rapport qualité/prix insuffisant et 56% pour la hausse des prix.

Finalement, ce Baromètre nous aura appris qu’il n’existe pas un profil type de shopper, mais une multitude et que ce dernier est influençable par son environnement de courses, même si son budget reste le premier frein. Le point de vente physique demeure donc un lieu stratégique pour les marques qui peuvent ici solliciter le shopper en lui proposant promotion, communication ciblée ou encore expérience culinaire.

CA