Actu

Découvrez toute l’actualité de l’agence My Media mais aussi de nos métiers : Achat media, Publicité, Business, Campagnes, Opérations spéciales et Digital !

  • Actu
  • Plongée dans un monde virtuel où tout est possible
25
Oct

Plongée dans un monde virtuel où tout est possible

« Il n’avait pas fallu longtemps pour que des milliards de gens travaillent ou bien s’amusent au sein de l’oasis au quotidien. Ils se rencontraient, tombaient amoureux sans jamais poser le pied sur le même continent. La frontière entre l’identité réelle et celle de l’avatar avait commencé à se brouiller. » Ready Player One d’Ernest Cline

Avec l’annonce de son nouvel item Facebook Horizon, le géant des GAFA, premier réseau social mondial, bouleverse les frontières du réel et fait bouger les lignes entre vie vécue et vie rêvée. Ouvrant le champ des possibles, Horizon se présente comme le nouvel eldorado porte-étendard de la gamification, véritable réseau social en réalité virtuelle. Cette notion rétro-futuriste interroge sur les limites de la vie virtuelle, ce qu’elle va représenter pour les consommateurs et comment ce nouvel espace vierge représente un terrain infini de possibles en matière de publicité.

L’Oasis

Facebook lance Horizon, son propre Second Life.

Son lancement est prévu pour début 2020 dans sa forme bêta. Dans cet espace accessible avec un casque immersif Oculus, les utilisateurs pourront choisir les caractéristiques de leurs avatars, des personnages de dessins animés qui reproduiront leurs mouvements dans un ensemble de mondes virtuels à l’esthétique inspirée des cartoons. Les membres d’Horizon pourront également accéder à une « place du village », lieu collaboratif où ils pourront interagir avec les autres utilisateurs, jouer, regarder des films, consommer des médias mais aussi créer leur propre monde, sans avoir besoin de savoir coder. De plus, ils pourront se déplacer de monde en monde grâce à des portails « magiques ». Pour Mark Zuckerberg, cela s’apparenterait à de la téléportation : « peu importe d’où tu viens, tu pourras aller où tu le souhaites ».

Rendez-vous en terra Incognita

Plus qu’un réseau social, Horizon est envisagé par Facebook comme un lieu de rencontre et de créativité. Au cœur de l’expérience se trouveront des outils de création disponibles directement dans la réalité virtuelle. Ils permettront à tout un chacun de créer ses « mondes » ou des mini-jeux, et d’inviter d’autres utilisateurs à les découvrir.

Horizon n’est pas sans rappeler l’Oasis dépeinte par le romancier Ernest Cline dans Ready Player One adapté au cinéma par Steven Spielberg en 2018. Dans cette Oasis, les humains ont fui la réalité pour se réfugier dans un monde virtuel où tout est possible pour leurs avatars.

L’univers virtuel, qui se voyait comme un ajout, va progressivement devenir une alternative à la réalité. Il faut dire que la réalité virtuelle et la réalité augmentée font évoluer les réseaux sociaux et leurs usages. On retrouve cette tendance sur Snapchat et Instagram avec l’apparition de filtres qui s’étendent de nos visages à une multitude d’objets. Depuis, nous assistons à une gamification du réel, de nos expériences et des réseaux sociaux que nous utilisons ; l’univers du jeu vidéo se voit de plus en plus intégré à nos pratiques comme on peut le voir avec les filtres jeux sur Snapchat ou encore la fonctionnalité Arcade sur Facebook.

 

Quel avenir l’Oasis représente pour les médias ?

Si Facebook Horizon tient ses promesses, ce nouveau monde offrira des possibilités illimitées pour les médias et les annonceurs. On imagine déjà les formats immersifs destinés aux marques et aux annonceurs, des magasins virtuels dédiés aux marques, des produits à acheter virtuellement…

Horizon est l’extension logique d’un business obsédé par la facilitation des interactions sociales et en amont, leur monétisation grâce aux publicités ciblées. On peut facilement imaginer l’itération de billboards virtuels pour les marques, d’un magasin de jouets tenu par Facebook, des centres commerciaux virtuels permettant de faire des achats reçus IRL, du brand content pour Nike, Supreme et autres. On peut également envisager des contenus exclusifs avec des modèles de souscriptions permettant d’accéder à des mondes de jeux inédits ou encore des planètes « premium ». En un mot les possibilités sont infinies. Cela contribuerait également à offrir à Facebook de nouveaux leviers de croissance pour son audience et créer une voie royale à la monétisation de nouveaux inventaires.

 

Après 15 années passées sur le marché, Facebook se fait vieux, tout comme ses utilisateurs. Les nouvelles générations cherchent de nouveaux moyens de socialiser. Beaucoup ont mis de côté les statuts à partager entre amis et la création d’évènements privés pour vivre la vie rêvée d’Instagram et de Snapchat. Facebook courrait alors le risque de se faire enterrer par ses concurrents. En offrant la possibilité d’un monde où, au lieu d’envier et de se comparer à ses amis les individus peuvent s’échapper, Horizon peut attirer ces utilisateurs en quête de liberté et de sens.

Si Horizon devient à terme le nouveau Facebook, les publicitaires seront amenés à repenser leur manière de s’adresser à leur cible.

En ce sens, nous pouvons nous demander quelles sont les limites qu’imposent Horizon, si elle deviendra, pour citer William Gibson « une hallucination consensuelle expérimentée tous les jours par des millions d’individus ».  La question est : à trop vouloir pousser les limites de la S.F, allons-nous tomber dans un mauvais remake d’un épisode de Black Mirror ?

Pour reprendre le film Ready Player One – et ce sera le mot de la fin – la fin a un arrière-goût moralisateur : l’Oasis sera fermée deux fois par semaine afin que les humains puissent se reconnecter avec le réel car finalement rien ne vaut la réalité.

A méditer.

DC